top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurloudebergh

La Décision, Isabelle Pandazopoulos.


C’est la gorge serrée de sanglots étouffés que je referme La Décision d’Isabelle Pandazopoulos, un roman pour la jeunesse dévoré en quelques heures et abordant avec délicatesse un sujet dérangeant et mal connu : le déni de grossesse.

Un texte dont j’ai aimé chaque ligne, bruissante de grâce et de sincérité. Débordante de vérité, loin des bons sentiments.

La Décision est un roman pour les adolescents comme on les aime : simple, pur, sans concession.


*


Un matin, Louise, excellente élève de Terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d’un enfant dont elle ne savait rien, qu’elle n’a pas attendu, encore moins désiré.

Assaillie de questions, Louise, la jeune fille sans histoires, croit devenir folle. Pourtant, l’évidence est là : ce bébé de 3,3 kg, son fils.

Comment l’accepter ?

Soutenue par sa famille, ses amis et les professionnels qui l’entourent, Louise va découvrir la vérité et réapprendre à vivre.


*


Le déni de grossesse est un sujet extrêmement troublant et déstabilisant. Difficile à envisager lorsque l’on a déjà été enceinte. Mais c’est parce qu’il touche d’abord et avant tout les adolescentes qu’Isabelle Pandazopoulos a eu raison de faire de sa fiction un texte pour la jeunesse.

La Décision n’en est pas moins puissante, terrible et éloignée de tous poncifs.

Chaque chapitre fait émerger une voix : celle de Samuel, un copain de classe, celle de Louise, de sa mère, de sa psychologue, des femmes qui partagent le foyer d’accueil…donnant à voir à quel point c’est tout un écosystème que le sujet bouleverse.


J’ai été infiniment touchée par cette jeune fille dont la vie s’effondre du jour au lendemain, cette Louise que la sidération empoigne et que le mutisme submerge. Je n’ai pu m’empêcher de me mettre à sa place. Comment surmonter un tel traumatisme ? Comment faire à nouveau sien un corps qui nous a trahi au-delà de l’imaginable ? Que faire de cette vie dont on ignorait tout quelques secondes plus tôt ?


Les dernières pages, d’une rare justesse, m’ont émue aux larmes et bouleversé le cœur de la jeune mère que je suis. Elles contribuent à donner à la littérature jeunesse toutes ses lettres de noblesse, faisant d’elle un essentiel, un bien de première nécessité.

51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page