Rechercher
  • loudebergh

Just Kids, Patti Smith.

Dernière mise à jour : janv. 25


Que n'a-t-on déjà écrit au sujet de ce roman?

On sait qu'il dit tout de l’amour, du rock and roll et de la révolte,

qu'il a la grandeur de l'homme et de la femme dont il retrace la vie,

et qu'il porte dans ses pages toute la came et la poésie que l’on se mettait dans les veines alors.

Mais il y a autre chose.

Des dizaines d'autres choses.


Il y a un bureau rutilant à la destinée magnifique et un médaillon indien aux reflets couleur d'avenir,

il y a des étoiles bleues et des papillons en broche, des blousons en cuir et des t-shirts résillés,

il y a des chambres d’hôtel miteuses et des sandwichs au fromage, l’entraide, la débrouille et un SIDA assassin,

il y a de l’acide et des accords de guitare, des artistes sans le sous et des camés paumés,

il y a des dizaines de Polaroïds aujourd’hui devenus cultes et des morceaux de chanson jetés sur des bouts de papier,

il y a des hôtels mythiques et des rues chargées de pas, des beats aux cheveux longs et des Gibson noires déglinguées.


Et il y a des poètes devenus héros,

des chanteurs devenus dieux.

Tout un monde somme toute,

toute une époque entre les pages de Just Kids de Patti Smith.

C’était l’été de la mort de Coltrane, l’été de l’amour et des émeutes, quand une rencontre fortuite guida deux jeunes gens dans la vie de bohème, sur la voie de l’art.

Patti Smith et Robert Mapplethorpe avaient vingt ans ; elle deviendrait poète et performeuse, il serait photographe.

A cette époque d’intense créativité, les univers de la poésie, du rock and roll et du sexe s’entrechoquent. Le couple fréquente la cour d’Andy Warhol, intègre au Chelsea Hotel une communauté d’artistes et de marginaux hauts en couleur, croise Allen Ginsberg, Janis Joplin, Lou Reed…

Mais outre l’incroyable instantané du New York des années 1960-1970 qui se révèle sous la plume de Patti Smith, et la collection (présentant parfois quelques longueurs au milieu du roman) de personnages rencontrés par l’auteur au cours de son ascension vers le rock et la notoriété, Just Kids est l’histoire d’un amour magnifique.

C’est avant tout l’histoire d’un amour magnifique, devrais-je dire. Capable de tout et plus encore.

Un amour raconté avec pudeur et simplicité, voué à demeurer éternel,

Pur, entier,

Plein de toute la passion du monde, de sa confiance et sa folie.

L’amour de deux gamins inséparables qui avaient insufflé à leur vie la même énergie qu’à leur art.


"Peut-être le prêtre et le magicien étaient-ils autrefois une seule et même personne, mais le prêtre, apprenant son humilité face à Dieu, a abandonné le sortilège au profit de la prière."

"Les nuages avaient la couleur d'un Raphaël. Un rose blessé. J'avais la sensation qu'il l'avait peint lui-même. Tu le verras. Tu le reconnaîtras. Tu reconnaîtras sa main. Ces mots me sont venus et j'au su que je verrais un jour un ciel dessiné par la main de Robert."

78 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout