top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurloudebergh

Le lac de nulle part, Pete Fromm.


Pete Fromm est un maître de ce que l’on nomme nature writing. Peintre des atmosphères au talent inégalé, véritable poète des grands espaces, il compte parmi les auteur·ices américain·es capables de nous faire vivre les plus belles aventures lové dans notre canapé. En quelques lignes, nous voilà transpirant sous le poids d’un sac à dos trop lourd, affamé·e, crasseux·se. Nous goûtons la neige tombée sur nos lèvres, sentons le vent lacérer notre peau et le froid mordre nos entrailles.


*


Cela fait bientôt deux ans que Trig et Al, frère et sœur jumeaux, n’ont plus de contact avec leur père. Et voilà qu’il réapparaît dans leur vie et réclame “une dernière aventure” : un mois à sillonner ensemble en canoë les lacs du Canada. À la fois excités à l’idée de retrouver la complicité de leur enfance et intrigués par ces retrouvailles soudaines, les jumeaux acceptent le défi de partir au milieu de nulle part. Mais dès leur arrivée, quelque chose ne tourne pas rond, les tensions s’installent. Contrairement à ses habitudes, leur père paraît mal préparé à l’expédition, qui s’annonce pourtant périlleuse par ce mois de novembre froid et venteux. Tous les trois devront naviguer avec la plus grande prudence entre leurs souvenirs et la réalité qui semble de plus en plus leur échapper.


*


Après m’être délectée d’Indian Creek et avoir passionnément aimé Mon désir le plus ardent, c’est avec une véritable joie que j’ai entamé la lecture du Lac de nulle part. Je partais sans appréhension aucune : je le savais, j’aurais sous les yeux, entre les mains et dans le cœur, un très beau roman.

Ayant par ailleurs la chance d’avoir un frère jumeau, son synopsis me touchait tout particulièrement. Une fois de plus, j’en étais certaine, Pete Fromm ferait mouche.


Inutile de le préciser sans doute, mais j’ai dévoré Le Lac de Nulle part. Et croyez-moi, avec un bébé de trois semaines dans les bras, une capacité d’attention des plus réduites et la sensibilité d’une huitre mouillée, ce n’était pas complètement acquis.

J’ai immédiatement été bouleversée par ce frère et cette sœur à l’amour indéfectible, par cette histoire d’une simplicité confondante et terriblement efficace, par la grandeur de la langue de Pete Fromm et son talent de conteur.

J’ai adoré ce huis clos magnifique à travers les lacs du Canada, la beauté des paysages et des sentiments exprimés, la puissance des sensations vécues par les personnages, la pureté de leur épreuve et l’absolu de leur lutte pour la vie.


Aucun stéréotype entre les pages du Lac de nulle part, aucune facilité narrative.

De la peur, de la colère et de l’espoir à l’état brut, portés par une superbe langue, sensorielle, tranchante et rugueuse.

Un petit bijou de littérature qui donne envie d’aller respirer le bon air, loin de toute forme de civilisation!

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page